Mon coach de vie
est en dépression


Je suis dans mon lit.

Dégoûté par moi-même.

Je n’ai pas pris ma douche depuis des jours.

J’ai fait livrer de la junk alors que mon frigo est plein de bouffe santé.

Aller au gym me ferait du bien, mais ça fait déjà une semaine que je ne suis pas allé alors à quoi bon?

Juste sortir dehors est trop d’efforts!

Je regarde vidéo après vidéo sur YouTube en espérant trouver quelque chose de bon.

Je ne fais que sombrer de plus en plus bas.

Depuis plusieurs années, je me demande si je suis en dépression.

Pas une grosse dépression là.

Pas comme les gens qui ne sont plus capable de sortir de leur lit

Non.

Juste une ptite.

Une ptite dépression toute cute.

Le genre qui permet de rester fonctionnel dans la vie de tous les jours, mais qui vient avec une légère sensation que quelque chose ne va pas à l’intérieur.

Comme un doute que j’ai à l’intérieur de moi, mais je préfère ne pas vérifier parce que j’ai peur de la réponse.

Je ne peux pas dire «oui» de façon catégorique parce que, justement, je suis fonctionnel la plupart du temps.

Je me lève le matin, je vais travailler, je sors avec des amis, l’argent rentre, j’ai des loisirs.

Pourtant, je ne peux pas dire «non» de façon catégorique non plus.

Il y a souvent quelques jours dans le mois où je peux doucement glisser dans la déprime en me levant tard, en binge watchant YouTube, en mangeant de la crap, en arrêtant de prendre soin de moi et en m’isolant.

Ce qui m’inquiète, c’est que ça semble être mon mode «par défaut»

C’est-à-dire que, tant que je reste occupé, tout se passe bien.

Mais quand j’arrête d’avoir des trucs à faire, je sombre tranquillement.

Ou rapidement.

Ma dernière retraite de méditation Vipassana a été la plus éprouvante de toutes.

Pourtant, c’était la cinquième fois que j’y allais.

C’est une retraite de méditation en silence de dix jours.

Aucune parole, aucune lecture, aucune distraction.

Rien.

Pendant 10 jours.

10.

Jours.

La beauté d’être coupé de toutes les distractions comme ça, c’est que ça permet d’observer toute la marde qu’on a à l’intérieur de moi.

J’appelle ça «sortir les vidanges»
 

C’est comme si je vivais avec des vidanges en permanence à l’intérieur de moi.

Tant que j’ai une vie active, tant que le mental roule, tant que la roue de hamster spinne, je n’ai pas conscience des vidanges.

Mais, quand les distractions s’arrêtent… ouch

Ça fait mal.

Dans le fond, je n’ai pas vraiment besoin d’avoir la réponse à ma question pour la dépression.

Que ce soit oui ou non, l’important, c’est de savoir comment je peux améliorer les choses

Le meilleur moyen, c’est d’en parler

Être le plus authentique possible.

Quand on me demande comment je vais, je me connecte à mon ressenti pour donner la réponse la plus honnête possible.

Je donne des réponses plus nuancées que simplement «oui» ou «non» quand ce n’est pas ce que je ressens.

J’ose plonger à l’intérieur de moi pour véritablement ressentir les émotions.

La peine

La colère

La déprime

En osant les laisser monter, en arrêtant de les occulter, ces émotions peuvent s’exprimer.

Dans le fond, mes émotions sont mes amies.

Il faut arrêter de les juger comme étant négatives ou positives.

Ce sont des messages qui me sont transmis.

Pour que les émotions s’estompent, je n’ai qu’à écouter le message!

Évidemment, je ne suis pas le seul à vivre dans cet état-là.

Et j’ai même constaté que le problème est pire dans le monde des coachs de vie!

C’est «normal» parce qu’on s’attend d’un coach qu’il aille bien pour pouvoir nous aider!

Après tout, qui donnerait son argent à un coach de vie qui ne va pas bien?

À un expert en bonheur malheureux?

LOL

Pourtant, je ne perds pas ma compétence à aider les autres même si je ne vais pas bien.

Il y a quelques années, je donnais une conférence devant des jeunes en difficulté scolaire.

J’ai commencé ma conférence en demandant: «Est-ce que vous allez bien?»

Tout le monde a machinalement répondu oui.

Et tout de suite après je demande: «Est-ce qu’il y a en qui ne vont pas bien?»

Et je lève ma main.
 

Wow!

Le silence qui a suivi!

J’ai commencé ma conférence en parlant de mon couple qui n’allait pas bien.

L’Expert en bonheur qui vient nous parler de sa vie qui ne va pas bien.

Pendant que je parlais, il n’y avait plus aucun bruit.

Tout le monde était complètement absorbé par ce que je disais.

Même les plus rebelles dans le fond.

J’étais en communion avec eux.

Ils pouvaient sentir ma détresse.

Je pouvais sentir la leur.

J’étais vrai

Complètement authentique.

J’étais connecté avec les jeunes devant moi comme je ne l’avais jamais été.

Après ma conférence, je me sentais léger.

En reconnaissant ce qui se passait à l’intérieur de moi et en le partageant, je m’en étais libéré.

Alors, c’est à ton tour de te libérer maintenant!

Voici les étapes:

Partager. Parler avec sincérité à propos de comment on se sent permet de s’avouer à soi-même le véritable état des choses et de mettre un fond au baril.

Méditer. Sortir du mental, ressentir les émotions et les sensations que le corps nous envoie. Accueillir tout ce qui est là, sans tenter de changer les choses.

Agir. Chaque petite action qu’on prend pour améliorer notre état est ÉNORME! Se lever, se laver, bien manger, faire de l’exercice physique, écouter de la bonne musique, danser. CHAQUE ACTION COMPTE!!! Il faut célébrer chacune d’elle et ne pas juger la taille de l’action.

En écoutant les messages que notre corps nous envoie, en prenant le temps de reconnaître ce qui se passe en nous, l’état de bien-être revient de lui-même.

Alors, comment tu vas?

Permets-toi de me répondre en étant totalement authentique.

J'attends ta réponse!

Martin

Lire le prochain article